hyperisation

Un trilogue de Julie Laffin, Ana Primo, Aliette Griz

Vous aimez vous aller faire vos courses aux « hyper » comme on les appelle? Rien que le mot fait peur je trouve. Hyper quoi? Gros, grand, moche, glauque? Oui.

Ces kilomètres de linéaires, archi gavés de produits de toute sorte, à tous les prix. Ah bon, c’est la famine dans plein de pays? Read More

Publicités

on a plus sérieux à faire franchement

Un monologue de Maria Petitpont et Aliette Griz

Tu t’en doutais, les petites gueules ne sont ni corruptibles, ni impressionnables. Mais parfois, à leurs moments perdus, elles checkent ce que les influenceurs d’opinions tweetent. Comme ça. Un peu parce que la vigilance semble une attitude consciencieuse, et parce qu’il s’est instauré une sorte de respect défiance pour ce qui se relaie, en rêvant d’inventer l’information de demain. Et puis, à défaut du reste, sache que les petites gueules aiment rire franchement. Read More

il y a du mensonge dans l’air il y a de l’air dans le mensonge

Un trilogue de Aliette Griz, Fidéline Dujeu et Ana Primo

(l’avant-veille de l’événement, les petites gueules n’anticipent jamais. Le jour-dit, elles se sentent concernées, mais restent groupées. Le lendemain, les voilà prêtes à tout…)

J’ai lu un article sur le mensonge. L’obsession du moment ? Mais c’est qu’il a un potentiel dramatique toujours exploitable. Le mensonge a des choses à dire. (Avoue !) Et finit parfois par s’emmêler dans des vérités qui ont besoin de lui pour mieux nous toucher. Attention au texte menteur donc, qui se tord lui-même le cou, il y a ici des vérités masquées et des affirmations mensongères. (Non. Je n’ai pas eu de relation sexuelle avec Monica, Nafissatou, Julie… Oui, les menteurs n’ont pas forcément beaucoup d’arguments, à part leur joujou tabou,  arme anti-opression, avec l’espoir toujours déçu de peser dans la balance par omission.) Read More

chiffrothérapie

Un monologue de Maria Petitpont et Aliette Griz

prépare-toi, à l’ère des dépêches allégées, une petite gueule va pousser un cri qui, je l’espère, te cassera un peu les oreilles : c’est la nouvelle rubrique revue de presse

Dans « 18 Million Cancer Survivors Expected by 2022 » d’Alexandra Sifferlin, on apprend que le cancer a un coût. “Le vieillissement de la population combiné à l’amélioration des traitements aura pour conséquence une augmentation du taux de survie des malades du cancer. Mais à quel prix ? Les frais médicaux annuels des survivants sont généralement deux fois plus élevés que pour le reste de la population, en raison des contrôles de routine et des effets secondaires des traitements ainsi que des effets à long terme de leur maladie. » Read More

le jour dit

Un monologue de Aliette Griz

Il y a des jours où je regrette mon manque de formation au rebondissement systématique sur tout ce qui pourrait intéresser le lectorat avide de bons mots, celui qui attendrait de nous une stricte conformité à ce qui nous entoure, amis du prévisible, bonjour.

Nous sommes le 14 février. Read More

le french puritanism

Un dialogue de Solea Bataille et Vanina Platine 

– Je connaissais le french kiss, la french manucure, la french touch, le french stick, les french fries, le french paradox, le french lover mais je ne pensais pas que le puritanisme digne du pays des mangeurs de burger allait nous envahir. Parce que je n’ai mangé un burger qu’une fois dans ma vie, et je ne recommencerai pas.

 – T’es vraiment pas faite pour les sensations fortes, ma pauvre. Read More

l’une ment, l’autre pas

Un dialogue de Solea Bataille et Vanina Platine

“Un menteur conjugue le temps au passé recomposé, à l’inventif présent et au futur ingénieux.” B.Pivot

N’est pas bon menteur qui veut. Il en faut de la gymnastique aux méninges pour ne pas s’emmêler les pinceaux. Le mensonge est donc une certaine forme d’intelligence, de vivacité d’esprit.

Même, n’ayons pas peur des mots, un art. Un art difficile, périlleux, excitant, créatif. Il nous emmène dans des contrées lointaines qu’on n’aurait jamais imaginées. Un mensonge en appelle un autre, le voyage ne s’arrête jamais. Read More

donne-moi ta gueule que je t’initialise

Un monologue de Aliette Griz

Écoute, petite gueule, il y a les films qui donnent, et les films qui donnent à voir. Les premiers n’ont pas forcément un programme très précis, et se risquent parfois à la frontière du ratage, et tant pis pour nous, mais quand ça se termine, on n’est pas perdant, on a reçu : une claque, une leçon, une dose d’émotion un peu artificielle mais qui semblait s’adresser à nous. Je ne propose pas d’exemple, mais il suffirait de poser la question aux dix derniers films vus : dis, toi, que m’as-tu donné ? Et d’écouter la réponse. Read More

françois h., un beau parti

Un dialogue de Aliette Griz et Ana

Il y a un livre qui s’appelait l’élégance du hérisson. Ça racontait l’histoire d’une femme qui cachait son élégance derrière des manières de hérisson. Ça entendait poser le débat sur comment on assume de se présenter aux autres, même si ce n’est pas toujours facile d’être soi-même. (Et oui.) Je suppose que cela n’a rien à voir avec toi FH, et ce qui fait que l’homme normal arrivé en roue de secours à la tête de la F, soit aujourd’hui parvenu à nous faire hausser les sourcils, surprise. Mais qu’est-ce qu’elle lui trouve toutes ? (Elles : trois femmes puissantes). Read More