motus

Un dialogue de marche forcée dans les rues de Bruxelles

Tu dois le dire, ça. C’est à vous de jouer, avec des stylos. Moi j’ai fait la paix pendant quatre ans, je me suis battu pour la paix. Toi, tu dois le dire, ce que tu me dis, pour qu’on garde les yeux grands ouverts. Dire, oui. J’ai dit, et je dirais encore, sans doute. Mais écrire, je peux pas. C’est l’effroi qui commande. Et mes yeux sont irrités comme des grévistes qui n’ont plus le choix devant la laideur du monde. Read More

Publicités

Les papas

Un dialogue de Lulu et Marie-Jules

Le papa est-il un genre ? un caractère ? Une énigme ? Un sur-homme ? Une clef ? Le papa est-il en renouveau après avoir tué le père ?

– Il est si attendrissant avec son rictus béat, je m’en lasse pas

– Tu parles de qui ?

– Ben du papa. Tu le verrais, il s’en remet pas d’avoir perpétué la lignée familiale.

– Il est pas le seul. La fierté est une valeur commune, faut croire.

– Note qu’il est beaucoup plus alerte et vigoureux que pendant l’accouchement. D’ailleurs, ce grand costaud serait absolument incapable d’accoucher. À la première contraction il me tomberait dans les pommes direct avant d’appeler sa mère. Read More

à la recherche du temps perdu

Un dialogue de Raoul et Lulu

– Un jour j’ai vu une pub, qui vendait de l’espace. Et de la vitesse aussi, même si ça n’était pas mis en avant. Explicitement, on nous laissait entendre que le vrai luxe, c’était l’Espace. Or je crois que les valeurs suprêmes de demain seront le Temps, et la Lenteur. L’Espace, et la Vitesse qui abolit le temps. Nous y avons cru. Mais aujourd’hui, je réalise que c’est une arnaque. Read More

contrôle, désir, panique

 Un dialogue de Raoul et Vanina Platine

– J’avais senti le vent venir, mais je n’ai rien pu faire.

– Oui, quand ça souffle, c’est trop tard. Même si on peut encore s’accrocher aux branches.

– On s’est aimés pendant des années. Presque trente ans. Un amour lumineux, auprès duquel tout le monde autour de nous venait se réchauffer.

– Vous auriez pu faire pire. (On s’est aimés pendant trente secondes… Et tout le monde nous fuyait.) Read More

les petites gens

 Un trilogue d’Ana Primo, Aliette Griz et Solea Bataille

Attention, les petites gueules n’écrivent plus, non, c’est la magie du raccourci, ce texte a des idées, et si tu le lis trois fois doucement, tu comprendras quelque chose. Sinon. Va faire un test de QI. ça ne sert pas à grand-chose, mais ça permet de s’habituer à ne pas comprendre ce qu’on attend de nous, dans un cadre donné. Là, il faut juste lire, et écrire quatre mots en commentaire.

Les résultats du test seront donnés bientôt. Préparez-vous. Read More

des œufs en chocolat

 Un quadrilogue d’Ana Primo, Aliette Griz, Julie Laffin et Maria Petitpont

– Au bout du couloir du – 3 de cet hôpital il y a un accélérateur de particules, la machine de radiothérapie. Quand on accompagne quelqu’un, l’attente ne dure que quelques minutes. Une minute c’est le temps qu’ils passent sous le rayon vert.

– Tu sais, petite gueule, parfois je t’écoute et c’est tellement haletant, que j’ai l’impression que tu as changé de planète, et je m’imagine venir à ta rencontre, dans mon vaisseau spécial.

– Les arrivées et les départs face aux cabines d’essayage sont discrets. Le débit est soutenu.

– Comme quand on essaye des sous-vêtements dans les grands magasins ? Read More

avoir l’air ou pas

Un trilogue de Marie-Jules, Maria Petitpont et Vanina Platine

 

– Il y a cet homme qui passe à vélo et qui crie sa désapprobation “Vous n’avez pas l’air handicapé, vous.” Plusieurs fois. Sans jamais s’arrêter. Fâché. Et personne autour ne dit rien. Petite gêne, mais il suffit de respirer, ou de rajuster les immenses lunettes de soleil mouche qui rendent invisible, en reniflant d’un air décidé.

– Ne me dis pas, petite gueule, que tu as fâché l’Homme à vélo, le Justicier de la cité ? Read More

chiffrothérapie

Un monologue de Maria Petitpont et Aliette Griz

prépare-toi, à l’ère des dépêches allégées, une petite gueule va pousser un cri qui, je l’espère, te cassera un peu les oreilles : c’est la nouvelle rubrique revue de presse

Dans « 18 Million Cancer Survivors Expected by 2022 » d’Alexandra Sifferlin, on apprend que le cancer a un coût. “Le vieillissement de la population combiné à l’amélioration des traitements aura pour conséquence une augmentation du taux de survie des malades du cancer. Mais à quel prix ? Les frais médicaux annuels des survivants sont généralement deux fois plus élevés que pour le reste de la population, en raison des contrôles de routine et des effets secondaires des traitements ainsi que des effets à long terme de leur maladie. » Read More

s’aligner

Un dialogue de Julie Laffin et Aliette Griz

Ligne, nom féminin, du latin linea : trait continu dont l’étendue se réduit pratiquement à la dimension de la longueur.

Ligne, nom liquide, qui cache bien sa force, mot valise, qui n’a pas besoin de nous pour suivre sa route. Parce qu’en plus, attention : une ligne peut en cacher une autre.

Géométriques, mathématiques, elles dessinent des cases, des barrières, des obstacles, des cubes, des boîtes, de l’ordre, des limites. Read More